Actualités

 Reprise au Manège de Reims!

Nous nous sommes retrouvés au Manège de Reims ce jeudi 9 mai pour une première cession de travail de reprise du spectacle ISSUE01. Alice Zéniter, auteur et dramaturge, est venue renforcer l’équipe afin d’aider acrobates et musicien à donner davantage de sens et de poids à l’écriture globale du spectacle. Cet accompagnement dramaturgique ainsi que le travail de reprise se poursuivra en septembre prochain, toujours au Manège de Reims, lors d’une seconde cession de travail (du 2 au 7 septembre).

C’est un réel plaisir de se replonger dans les matières d’ISSUE01, de continuer à développer ensemble les différentes scènes du spectacle, de creuser les possibilités de chaque proposition pour en enrichir le propos, d’essayer de nouvelles choses au plateau et de faire ainsi évoluer le spectacle, en profondeur. Le spectacle change ! Nous sommes heureux de pouvoir poursuivre le travail collectif entrepris il y a maintenant plusieurs années, et d’aller vers encore plus d’exigence, de cohérence et de justesse.

Le nouveau « ISSUE01 » sera différent, « musclé » par ce travail, nous présenterons une ébauche lors de la deuxième cession au manège de Reims début Septembre. Nous jouerons rejouerons le spectacle le 12 décembre 2013 à Troyes au théâtre de la Madeleine.

 


 

   Il y a eut la tournée 2012 d’ISSUE01… On vous raconte!

Depuis les premières dates d’ISSUE01 en janvier 2012, à la Grange Dîmière, à Fresnes, le spectacle a tourné, en version salle mais aussi en version chapiteau. Nous avons donc présenté notre travail à Culture Commune dans le Nord-Pas-de-Calais, à la Maison-Folie Beaulieu à Lomme, au Domaine d’Ô sous le chapiteau de Balthazar et sous le chapiteau du Cirk’Eole au festival « Les nuits d’Eole » à Montigny-les-Metz.

Une exposition retraçant les rencontres (diaporama de photos, textes, petits livres et bribes recueillies au fil du projet) a été réalisée dans la foulée des premières représentations et a donc suivi le reste de la tournée du spectacle.

Nous sommes retournés jouer le spectacle au Centre Psychothérapique de St Martin de Vignogoul ainsi qu’au camp de migrants à Norrent-Fontes. Nous avons revu avec bonheur les bénévoles de l’association Terre d’errance, le personnel du Centre Psychothérapique et retrouvé également des personnes que nous avions rencontrées, parfois plus d’un an auparavant, au début de l’aventure d’ISSUE01. Nous avons aussi retrouvé des énergies et des émotions connues.

C’était à la fois émouvant et étrange de revenir sur les lieux des rencontres. Le temps avait passé, les rencontres avaient déplacé quelque chose en nous, et nous revenions après avoir créé le spectacle nourri de ces rencontres… Ce mouvement d’aller-retour entre le plateau de théâtre et la vie, entre la rencontre et la restitution de la rencontre, entre ce qui a été donné, reçu, redonné, re-reçu, ce mouvement qui mêle les souvenirs, les sensations, le vécu et le présent, ce mouvement provoque un sentiment particulier où la nostalgie cotoie le désir de se projeter, dans l’avenir, comme contre un mur.

Nos « représentations » d’ISSUE01 ont été toutes traversées par ce mouvement.

Questionnements

Nous aimerions maintenant retourner jouer ISSUE01 à la M.A.F. Retourner en Palestine. Mais nous aimerions aussi répondre à toutes les nouvelles questions qui nous ont assaillis au cours de cette création et de cette tournée 2012: comment revenir dans ces lieux? Quelle est la manière juste de revenir? Est-ce que cela a du sens, pour ceux qui n’ont pas vécu la rencontre?

Mais aussi, comment poursuivre notre témoignage de la manière la plus juste? Comment diffuser ISSUE01? Comment poursuivre la rencontre à travers cet objet maintenant réalisé?

Nous avons conscience qu’en écho au processus de création, il nous faut maintenant trouver et construire une manière de diffuser cet objet qui soit appropriée et en profond accord avec les enjeux humains et artistiques d’ISSUE01. Le fond et la forme ne sont pas dissociables.

Nous avons choisi de témoigner en créant ce spectacle, qui est une trace émotionnelle et physique des rencontres et non leur transcription littérale. C’est pourquoi nos corps, la musique, nos agrès et la lumière racontent cette part d’intime qui a été bouleversée, déplacée, émue. Il nous faut à présent défendre le projet artistique jusqu’au bout et cheminer avec ces questions!

 

Publié dans Uncategorized | 1 commentaire